Sénateur de la Marne

Revalorisation salariale de tous les professionnels de l’aide à domicile

Question n° 22554 adressée à Mme la ministre déléguée auprès du ministre des solidarités et de la santé, chargée de l’autonomie publiée le 29/04/2021

Monsieur Yves Détraigne souhaite appeler l’attention de Mme la ministre déléguée auprès du ministre des solidarités et de la santé, chargée de l’autonomie, sur la nécessité d’une revalorisation salariale de l’ensemble des professionnels de l’aide à domicile. En effet, le 1er avril dernier, le Gouvernement s’est engagé à revaloriser financièrement les salaires des professionnels de la branche de l’aide à domicile qui interviennent auprès des publics fragiles. Toutefois, cette décision ne concernera que la moitié des intervenants du secteur et ne s’appliquera qu’aux salariés des associations. Les 200 000 salariés des entreprises qui réalisent exactement les mêmes missions dans les mêmes conditions ne seront pas concernés. L’ensemble des aides à domicile joue pourtant un rôle extrêmement important, en particulier auprès de personnes âgées et isolées. Ce secteur, pourtant essentiel, manque cruellement de reconnaissance et d’attractivité en raison de la faible rémunération et de la difficulté des tâches. Il s’agit en outre bien souvent de temps partiels subis, qui ne tiennent pas compte de la réalité du temps de travail véritablement investi. Aussi, si aucune mesure n’est prise pour homogénéiser la revalorisation salariale de toutes les aides à domicile, des milliers d’emplois locaux seront détruits et autant ne seront pas créés. De même, pour protéger les salariés, il conviendrait d’instaurer un tarif plancher national afin d’éviter les variations de tarifs en fonction des départements, et de cadrer plus efficacement le nombre d’heures travaillées. Par conséquent, le sénateur demande à la ministre, d’une part d’inclure les travailleurs des entreprises privées dans le cadre des mesures de revalorisation salariale annoncées le 1er avril 2021 afin de reconnaitre ainsi les 200 000 salariés des entreprises de services à la personne et d’autre part de faire cesser les distorsions concurrentielles entre les différents acteurs du secteur.

A lire également…