Sénateur de la Marne

Relance de l’apprentissage de l’allemand

Question n° 04529 adressée à M. le ministre de l’éducation nationale et de la jeunesse publiée le 22/12/2022

Monsieur Yves Détraigne souhaite appeler l’attention de M. le ministre de l’éducation nationale et de la jeunesse sur l’opération « 100 000 cartes postales à Monsieur le Président ! » lancée par l’association pour le développement de l’enseignement de l’allemand en France (ADEAF) en faveur d’un plan de relance de l’apprentissage de l’allemand. En effet, depuis 10 ans, le nombre de professeurs d’allemand diminue continuellement et avec lui, l’offre d’allemand pour les élèves aussi ! La situation ne cesse de se détériorer : seuls 15 % des élèves choisissent actuellement cette langue en deuxième langue vivante (LV2), contre 22,5 % en 1995. Le nombre de professeurs diminue lui aussi, avec 3 500 professeurs en moins en 16 ans, l’allemand étant la discipline dans laquelle la proportion de postes non pourvus au certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement du second degré (CAPES) est la plus élevée. Pourtant, l’allemand est la langue de notre premier partenaire politique, culturel et économique, elle est également la première langue d’Europe en nombre de locuteurs. Sa connaissance ouvre en outre de belles opportunités de mobilité et d’emploi à nos jeunes. Les représentants de l’ADEAF demandent donc un véritable plan de relance de l’apprentissage de l’allemand avec des mesures concrètes et des moyens pérennes. Celui-ci devrait comprendre notamment la possibilité d’apprendre cette langue partout en France, la mise en place d’un véritable parcours bilangue allemand-anglais à parité horaire (3h/3h) sur toute la scolarité à partir de la 6ème, un enseignement de spécialité (licence de langues, littératures et civilisations étrangères et régionales) en cycle terminal à 2 langues avec un programme réaliste et attractif… L’apprentissage de l’allemand symbolisant enfin une construction européenne réussie, il lui demande de quelle manière il entend répondre aux inquiétudes de l’ADEAF.

A lire également…