Sénateur de la Marne

Reconnaissance des malades de la « Covid au long cours »

Question n° 22557 adressée à M. le ministre des solidarités et de la santé publiée le 29/04/2021

Monsieur Yves Détraigne souhaite appeler l’attention de M. le ministre des solidarités et de la santé sur la reconnaissance des malades en « Covid au long cours ». Ni son courrier en date du 15 juin 2020, ni sa question écrite n° 17731 publiée le 10 septembre 2020, ni sa question écrite de rappel n° 20554 publiée le 4 février 2021 n’ont à ce jour obtenu de réponse. Pourtant l’organisation mondiale de la santé continue d’alerter sur la forme particulière de cette maladie et de demander des actions rapides et urgentes des gouvernements européens pour la mise en place de recherches sur cette pathologie qu’il convient de distinguer des malades « post Covid ». En effet, dans le « post Covid », les malades souffrent de complications pulmonaires et de troubles psychologiques liés à une intubation longue, avec perte de repères spatio-temporels. Dans la pathologie particulière dite « Covid au long cours », les malades présentent un tableau symptomatologique beaucoup plus varié et diffèrent individuellement, et fluctuant selon les retours de pics inflammatoires. Il y a aujourd’hui une réelle nécessité de prendre en compte ces patients touchés par la persistance ou la résurgence des syndromes induits par la maladie en créant sans doute une affection longue durée (ALD) spécifique Covid long qui prenne en compte la pluri-pathologie de cette affection. Alors que l’Assemblée nationale avait voté à l’unanimité une résolution visant à mieux prendre en charge des formes longues de la Covid-19, une proposition de loi socialiste visant la création d’un fonds d’indemnisation a été rejetée. Pourtant pour les patients atteints de Covid-19 longs, les besoins médicaux sont importants, la surveillance et les soins ne doivent pas s’arrêter à la sortie de l’hôpital et les chercheurs soulignent l’importance de soins multidisciplinaires, couvrant la santé mentale. En conséquence, il lui demande que tous les moyens soient mis en œuvre pour que soit reconnue et aidée chacune des victimes de cette pandémie grâce, notamment, à la création systématique de centres dédiés à la prise en charge des symptomatologies particulières « Covid longs » dans chaque département, et la mise en place du statut affection longue durée (ALD), sans critère de test PCR, ni sérologie, mais sur compte rendu médical constatant l’infection Covid et les complications « Covid au long cours ».

A lire également…