Sénateur de la Marne

Prévention en matière de soins auditifs

Question n° 01940 adressée à M. le ministre de la santé et de la prévention publiée le 28/07/2022

Monsieur Yves Détraigne souhaite appeler l’attention de M. le ministre de la santé et de la prévention sur la proposition du syndicat des audioprothésistes (SDA) d’encourager la prévention en matière de soins auditifs. Ces professionnels reprennent à leur compte les préconisations du haut conseil du financement de la protection sociale (HCFi-PS) qui recommande d’actionner le levier des politiques de prévention lorsque les retours sur investissement positifs ont pu être chiffrés. Ainsi, une récente étude réalisée par l’organisation mondiale de la santé (OMS) précise qu’investir dans une stratégie intégrative des soins auditifs contribuerait à produire des bénéfices considérables en termes d’années de vie gagnées sans incapacité. Les experts chiffrent un retour sur investissement de l’ordre de 15 dollars gagnés pour un dollar investi au niveau mondial. L’OMS précise notamment qu’une déficience auditive non traitée peut avoir de nombreuses répercussions négatives sur la santé, tant en matière d’écoute et de communication, que de langage et de parole, de cognition, d’isolement social et de solitude ou encore d’altération de la santé mentale et de la perception de l’environnement sonore et spatial – laquelle peut aboutir à des pertes de l’équilibre et à une augmentation du risque de chute… Dans un même temps, un rapport de l’inspection générale des affaires sociales (IGAS)et de l’inspection générale de l’éducation, du sport et de la recherche (IGÉSR) sur la filière auditive confirme que les déficiences auditives constituent un enjeu de santé publique encore insuffisamment reconnu et que les impacts sur la santé, en l’absence de prise en charge, sont considérables, avec un coût caché très important pour la société. Par conséquent, investir dans une meilleure prévention dans les soins auditifs bénéficierait à de nombreuses politiques publiques : prévention de la perte d’autonomie, espérance de vie en bonne santé, virage de la prévention, santé au travail et insertion professionnelle, isolement des personnes âgées… Considérant enfin qu’il s’agit là d’un élément clé du maintien à domicile des séniors, il lui demande de donner aux soins auditifs une place plus importante, avec notamment la définition d’un parcours de soins type et des modalités de prise en charge coordonnées entre les principales parties prenantes de la filière auditive.

A lire également…