Sénateur de la Marne

Phénomène des puffs

Question n° 03478 adressée à M. le ministre de la santé et de la prévention publiée le 27/10/2022

Monsieur Yves Détraigne souhaite appeler l’attention de M. le ministre de la santé et de la prévention sur les « puffs », mini-cigarette électronique jetable diffusant des arômes sucrés comme des bonbons (goût mangue, fraises, raisin, ananas, marshmallow…). Créées aux États-Unis en 2019, ces puffs (littéralement « bouffée » en anglais) sont désormais commercialisées en France. D’utilisation simple, ces cigarettes électroniques, dites « ludiques », séduisent les jeunes et ont envahi les cours de récréation des collèges et lycées, bien que leur vente soit interdite aux mineurs. Dans un récent rapport, le haut conseil de la santé publique a bien confirmé pourtant que ces produits au design séduisant et aux parfums agréables étaient une nouvelle porte d’entrée vers le tabagisme. Si certains d’entre eux sont à 0 % de nicotine, d’autres peuvent en contenir jusqu’à 2 %. Ils peuvent donc entraîner une addiction à la nicotine et amener vers la consommation de produits encore plus dangereux… Alors que le vapotage, au départ, est un dispositif de réduction des risques formidable, ce type de produit, lui, est plutôt une initiation à la consommation du tabac à un moindre coût : il faut compter environ 7 euros pour plus de 500 bouffées de fumée, soit l’équivalent d’un paquet de cigarettes classique. Ce produit est donc loin d’être anodin car il donne l’impression de n’avoir rien à voir avec une cigarette alors qu’il peut entraîner une dépendance à la nicotine. Par conséquent il lui demande d’une part, de veiller au respect de l’interdiction de vente aux mineurs et, d’autre part, de mettre en place une campagne de sensibilisation des utilisateurs et de leurs parents, pas forcément informés sur ce nouveau produit marketing.

A lire également…