Sénateur de la Marne

Pénurie de personnel dans le secteur de la petite enfance

Question n° 28296 adressée à M. le ministre délégué auprès du ministre de l’intérieur et de la ministre de la transition écologique et de la cohésion des territoires, chargé des collectivités territoriales publiée le 16/06/2022


Monsieur Yves Détraigne souhaite appeler l’attention de M. le ministre délégué auprès du ministre de l’intérieur et de la ministre de la transition écologique et de la cohésion des territoires, chargé des collectivités territoriales, sur les inquiétudes des élus locaux quant aux difficultés de fonctionnement des crèches. Aujourd’hui, le nombre de places disponibles pour l’accueil des enfants de moins de 3 ans est évalué à 59,8 places pour 100 enfants (observatoire national de la petite enfance -ONAPE-, 2021) et ce, malgré le fort investissement des communes et les financements déployés par la branche famille de la sécurité sociale et par l’État. En outre, la politique d’accueil du jeune enfant est loin de satisfaire les exigences d’égalité, d’accessibilité inconditionnelle, de continuité sur le territoire et d’adaptation aux besoins que l’on est en droit d’attendre d’un service public. La première cause citée est le manque d’attractivité des métiers de la petite enfance qui entraine une véritable pénurie de personnel et freine la création de places. Les maires souhaitent donc le développement de nouvelles filières de formations accessibles financièrement et créées en priorité à proximité des zones où les besoins sont les plus importants. Ils demandent pour cela qu’un travail étroit soit engagé avec les régions afin de réfléchir à des pistes opérationnelles. Les édiles demandent également la mise en place d’un réel plan métier de la petite enfance, afin de créer et de renforcer les liens et passerelles entre les différents métiers de la petite enfance aujourd’hui cloisonnés. En mars 2022, le conseil économique, social et environnemental a esquissé des pistes pour faire de la politique d’accueil de la petite enfance un véritable service public et un droit universel et inconditionnel afin de répondre aux difficultés rencontrées par les parents. Considérant que ces services en direction des familles sont essentiels en termes de développement et d’attractivité des villes, il lui demande de quelle manière il entend intervenir sur ce dossier.

A lire également…