Sénateur de la Marne

Malaise dans le secteur sanitaire, social et médico-social à but non lucratif

Question n° 03201 adressée à M. le ministre des solidarités, de l’autonomie et des personnes handicapées publiée le 13/10/2022

Monsieur Yves Détraigne souhaite appeler l’attention de M. le ministre des solidarités, de l’autonomie et des personnes handicapées sur le récent appel à la mobilisation nationale lancé par sept fédérations et unions du secteur sanitaire, social et médico-social à but non lucratif. Leur démarche vise, une nouvelle fois, à sensibiliser les Pouvoirs publics sur les situations complexes auxquelles ces organismes gestionnaires font face, notamment en termes d’attractivité de leurs métiers. En effet, bien que le Ségur de la santé ait revalorisé une partie des personnels, ces revalorisations ont généré des tensions sans précédent dans certains établissements et services puisque certains professionnels n’ont pas pu en bénéficier. Dans la région Grand Est, ce sont 30 % des salariés des associations qui ont été oubliés et la revalorisation de la valeur du point d’indice annoncée par le Gouvernement ne permettra pas de recouvrir la perte de pouvoir d’achat des dernières années. Le manque de reconnaissance et les inégalités salariales entre professionnels dégradent l’attractivité de ces métiers et de ces structures, et exacerbent les difficultés de recrutement au risque d’aggraver encore la pénurie de personnel. Au niveau national, près de 50 000 emplois ne sont pas pourvus dans la branche sociale, médico-sociale et sanitaire à but non lucratif (BASS), et ce sont 150 000 postes qui seront à pourvoir en 2025 ! Or, l’insuffisance de professionnels menace la qualité de l’accueil et de l’accompagnement des personnes vulnérables. Considérant que les enjeux d’attractivité de ces métiers sont essentiels, il lui demande de rétablir une situation juste et équitable pour tous les salariés et le financement du secteur social et médico-social associatif, afin de préserver la pérennité des accompagnements des personnes les plus vulnérables.

A lire également…