Sénateur de la Marne

Conséquences de la dématérialisation du timbre rouge

Question n° 04708 adressée à M. le ministre délégué auprès du ministre de l’économie, des finances et de la souveraineté industrielle et numérique, chargé de la transition numérique et des télécommunications publiée le 12/01/2023

 

Monsieur Yves Détraigne souhaite appeler l’attention de M. le ministre délégué auprès du ministre de l’économie, des finances et de la souveraineté industrielle et numérique, chargé de la transition numérique et des télécommunications sur les conséquences de la dématérialisation du timbre rouge depuis le 1er janvier 2023. Depuis le 1er janvier 2023, le timbre rouge n’est plus en service. À sa place, La Poste a mis en place un nouveau service pour les lettres prioritaires, la « e-lettre-rouge », un service accessible sur le site internet de La Poste ou depuis un bureau de poste. Cette version dématérialisée est censée, selon l’entreprise, répondre aux « évolutions des usages », le nombre de timbres rouges ne cessant de diminuer au profit de la lettre verte. Pour utiliser une « e-lettre rouge », il faudra concrètement, se connecter au site laposte.fr depuis un mobile, un ordinateur ou une tablette. Sans ces outils informatiques, il faudra se rendre au bureau de poste et solliciter l’aide d’un conseiller clientèle ! Ensuite, il sera possible de rédiger sa lettre directement en ligne ou de numériser un document et de l’envoyer ensuite sur le site de La Poste, de son ordinateur ou depuis un bureau de poste. Le document sera ensuite imprimé dans la région du destinataire, mis sous enveloppe et distribué le lendemain. Cette petite révolution risque, une nouvelle fois, de pénaliser beaucoup d’usagers peu habitués aux subtilités du numérique, notamment les personnes âgées qui n’ont pas internet. En 2020, un rapport du Sénat chiffrait à 14 millions le nombre de Français ne maîtrisant pas le numérique et précisait que près d’un Français sur deux n’était pas à l’aise avec internet. Il regrette la suppression du timbre rouge, qui est un exemple supplémentaire de la dématérialisation généralisée des services publics, à marche forcée, et qui ne tient pas compte des Français incapables de réaliser des démarches administratives en ligne. Par conséquent, il lui demande quelles actions il entend mettre en œuvre pour lutter contre l’exclusion électronique.

A lire également…