Sénateur de la Marne

Bilan du Nutri-Score

Question n° 27990 adressée à M. le ministre de l’agriculture et de l’alimentation publiée le 19/05/2022

 
Monsieur Yves Détraigne souhaite appeler l’attention de M. le ministre de l’agriculture et de l’alimentation sur les bienfaits et méfaits du Nutri-Score. Alerté par les producteurs régionaux, il s’est inquiété, comme de nombreux parlementaires, d’un risque de mauvais classement de ces productions par rapport à des produits industriels transformés. Plusieurs d’entre eux demandent d’ailleurs des exceptions pour les produits d’appellation d’origine protégée (AOP) et d’indication géographique protégée (IGP), comme celles mises en place par l’Italie et l’Espagne pour l’huile d’olive. Récemment pourtant, UFC-Que Choisir a mené une étude sur 588 références de produits régionaux et traditionnels qui démontre au contraire que le système est positif pour 62 % d’entre eux avec des notes de A à C. Le cassoulet de Castelnaudary (Aude) s’en sort avec les honneurs ! Pour l’association, le Nutri-Score ne stigmatiserait pas les produits du terroir. En revanche, le classement traduirait bien les fortes teneurs en matières grasses saturées et en sel présentes dans certaines charcuteries ou certains fromages, ou encore la proportion élevée de sucre dans les desserts. Alors que le Nutri-Score pourrait devenir obligatoire en France et dans toute l’Union européenne fin 2022, il lui demande de faire toute la lumière sur ce dossier afin qu’une mise en œuvre généralisée ne soit pas synonyme de piège pour les produits régionaux, comme certains le craignent.

 

A lire également…